On pourrait
(J.J. Goldman)

On pourrait marcher sur les toits
Les yeux bandés en suivant les gouttières
On pourrait, partir toi et moi
N’importe où dans une bouteille à la mer
On pourrait tout raconter
Nos feux les plus fous
A l’inconnu trouvé dans l’annuaire
On pourrait, prendre le pouvoir
On interdirait les froids, les hivers
On pourrait rester dans le noir
Le temps qui passe oublierait notre histoire
On pourrait, qui sait, va savoir
Trouver de l’or en suivant un lézard

On pourrait planter des arbres aux toits des cités
En arrosant bien, tout enraciner
On pourrait trier en secret
Le vrai du faux, le bon grain de l’ivraie

On pourrait, tout, tout se pourrait
Si tu voulais, si tu me voulais
Nous conjugués, au plus que parfait
Tout changer, tout refaire en un peu moin laid
On pourrait tout, tout se pourrait
Si tu m’aidais, si tu m’apprenais
A deux, faire des rêves des faits
Je pourrais tout si tu me voulais
Si tu me voulais tout se pourrait
Si tu me voulais tout se pourrait

On pourrait partir au Chili
Tout planter là, vivre comme des rois
On pourrait, rester par ici
Y’en a tant qui rêvent d’habiter là
On peut marcher sur les mains, la tête abaissée
Enfin bronzer de la plante des pieds
On pourrait, revivre à l’envers
Et tout redessiner, tout refaire

On pourrait écouter nos voix
Rien que nos voix seules pour une fois
Et on pourrait aussi, des guitares à fond
Gommer les cris, les bruits des canons

On pourrait, tout, tout se pourrait
Si tu voulais, si tu me voulais
Nous conjugué, au plus que parfait
Tout changer, tout refaire en un peu moins laid
On pourrait tout, tout se pourrait
Si tu m’aidais, si tu m’apprenais
A deux, faire des rêves des faits
Je pourrais tout si tu me voulais
Si tu me voulais tout se pourrait
Si tu me voulais tout se pourrait…