QUAND JE
(D. Golemanas -  P. Obispo
 T'OUBLIE
P. Jaconelli)
 
Ses mains me vont bien, et tout son corps
Il part, je sais qu'il revient
Mon chercheur d'or
Je rêve de si loin, quand il m'endort
Cette fois je crois qu'j'en tiens un
Sentiment fort
Y'a bien des vauriens, qui s'raient d'accord
Mais lui j'me dis c'est quelqu'un

Mon chercheur d'or
Y'aura des matins, y'aura des morts
On s'ra les derniers terriens
Qui s'aiment encore, qui s'aiment encore
Comme amour, comme amour
Y'a pas mieux...
Et moi j'ai toutes mes mains pour le garder
Pour moi toute seule et pour le monde entier
Il est là sous ma peau, tellement là sous ma peau
Et moi j'ai tout un cœur à faire tourner
Pour lui tout seul et pour le monde entier
Et c'est là sous ma peau, tellement là sous ma peau
Ce n'est pas un saint mais je m'en sors
On pourrait pas l'aimer moins mon chercheur d'or
Je me passerais bien de ses trésors
N'en trouver que les parfums
Je peux encore, je peux encore
Comme amour, comme amour
Y'a pas mieux...
Et moi j'ai toutes mes mains...
Ses mains me vont bien et tout son corps
On s'ra les derniers terriens, qui s'aiment
Ses mains me vont bien et tout son corps
On s'ra les derniers terriens qui s'aiment encore...
Qui s'aiment encore......

 

Une femme est ainsi faite
Pour renaître.
Une femme est ainsi faite
Pars et je ferai le reste
Tu sais les mots je déteste
Pars avant que rien ne presse
Avant que nos jeux ne cessent
Quand je t'oublie....
Quand je t'oublie
Il y a des coups
Et les dérives
Quand je t'oublie
Je pense à tout
Même à vivre
C'est pire...